Architecture topiaire

et le village de Carema

La montagne de Carema est animée par une série de gradins creusés dans la roche.
Ces terrassements sont constitués par l’alternance de murs à sec, ayant une fonction de soutien, et de terre morainique fertile transportée depuis le fond de vallée. À chaque niveau se dressent, par rangées, des piliers de pierre et de chaux, de forme tronconique, surmontés d’un «chapeau» en pierre. C’est sur ces piliers que reposent les treillis qui soutiennent les sarments de vigne. Dans le dialecte local, la structure en pergola des vignobles s’appelle «topia» ou «tupiun», tandis que l’on appelle «pilun» les piliers blancs qui la soutiennent et qui ont suggéré l’étrange définition de «temples bachiques» (Renato Ratti).
Ces masses de pierre d’aspect si scénographique remplissent également une fonction d’importance primordiale: pendant la journée, elles emmagasinent en effet la chaleur du soleil, puis la libèrent pendant la nuit, atténuant ainsi l’amplitude thermique.

Le village de Carema, qui repose dans une belle cuvette ensoleillée au nord-ouest du Piémont, est une sorte de ligne de partage des eaux entre le Piémont et la Vallée d’Aoste; il séparait autrefois le territoire italique de la Gaule, puis du royaume de Bourgogne. Parmi les édifices les plus anciens, mentionnons la «Gran Mason» et la maison des Ugoni. La première est une grosse bâtisse à trois étages, de forme presque cubique, remontant au haut moyen-âge. La seconde, également appelée Tour Pierre, se caractérise par une structure très complexe, constituée de plusieurs bâtiments rattachés les uns aux autres et dominés par la tour centrale. Quant aux ruines du château de Castruzzone, l’antique Castrum Ugonis édifié au XIIe siècle et détruit au XVIe siècle, pendant la guerre contre les Français, elles dominent le lieu-dit Airale. Le chef-lieu possède également deux anciennes fontaines particulièrement intéressantes, remontant l’une à 1460 et l’autre à 1575. Le clocher (XVIIIe s.) qui se dresse près de l’église paroissiale Saint-Martin constitue un autre trésor de Carema: avec ses 60 mètres de hauteur, il est considéré comme un chef-d’œuvre architectural unique en son genre au Piémont. Enfin, derrière l’agglomération, une spectaculaire étendue de vignobles recouvre les versants rocheux jusqu’à une altitude de 600 m.